Rooms : des forums de discussion anonymes comme au bon vieux temps !

Comme toutes les valeurs sûres, les tchats rooms reviennent à la mode, qui l’eut cru ? Et ce n’est pas le moins moderne de tous qui s’y colle, puisque Facebook annonce leur retour en grande pompe. De quoi passer encore plus de temps scotché sur son écran à faire coucou au monde entier et à discuter sur des sujets aussi importants que le dernier iPhone ou l’intérêt des biotechnologies, voir de son dernier rendez-vous amoureux (plus probable).

L’appli mobile room


Ce n’est plus un secret pour personne (vous avez reconnu mon jeu de mots ?) mais Facebook s’y est enfin collé : les gens veulent être anonymes quand ils sont sur le net, et c’est vraiment l’antithèse des années passées, où on affichait sa vie en grandes pompes à n’importe qui. Maintenant, on veut bien partager, mais juste avec son cercle d’amis proches. Marre d’être contacté par des blaireaux qui ne pensent qu’à une chose et qui parasitent notre quotidien.

Rooms est une appli (a ne pas confondre avec celle du même nom mais sans le s de conception française s’il vous plaît messieurs dames) et non pas un réseau social. Le principe : on se connecte avec une autre identité et une image différente de la sienne, l’anonymat promis est donc relatif. Au niveau sécurité , tout le monde peut s’improviser modérateur, puisqu’il suffit d’être à l’origine de la chambre de discussion pour décider qui reste et qui sort.

L’anonymat total ?

Et bien non. Ce forum l’interdit, on ne peut donc pas parler de messagerie anonyme, mais juste de quelque chose d’un peu plus confidentiel.

Ce retour à l’origine du net n’est pas anodin. Les tribus sont de retour, et c’est tant bien, car mieux vaut converser quand on partage des centres d’intérêts. Alors pourquoi une room ? Parce que ces salons de discussions sont un peu tombés dans le domaine de l’oubli, et qu’au final, elles étaient une vrai bonne invention.

Ce qu’il faut savoir de plus


Ce retour vers le futur nous replonge tout droit à l’époque de nos premiers boutons. Souvenez-vous quand Internet balbutiait encore : on se retrouvait pour chater, parce que c’était drôle, et qu’on pouvait faire ça à plusieurs. Grâce à rooms, il va donc être possible de tout recommencer, comme au bon vieux temps, en profitant des avancées technologiques.

On va donc pouvoir parler avec son voisin de table, mis aussi avec un inconnu au fin fond de la jungle amazonienne (enfin à condition d’avoir le wifi), sans se dévoiler complètement et ainsi en conservant sa part d’intimité. On va donc pouvoir oser un peu plus sans craindre de s’en prendre plein la tête.

Est-ce pour autant un monde sans contraintes ? Que nini. Il faut respecter son voisin, se montrer poli et diplomate, et plus que tout, accepter la différence d’opinion. En plus, il faut donner son adresse mail, petite sécurité pour ne pas trop lâcher les chevaux quand même.

Rooms ne devrait pas tarder à arriver en France, alors patience ! Puisque c’est la mère de toute vertu, à bon entendeur, salut !